LR Cinéma

« Double vague, le nouveau souffle du cinéma français »

« Double vague, le nouveau souffle du cinéma français »
20 juin 2018 test

La critique et journaliste Franco-Brukinabè Claire Diao est allée à la rencontre de plus de 50 réalisateurs et réalisatrices ayant une double culture, étant en partie autodidactes et ayant grandi dans des milieux populaires. Elle cite quelques-uns de leurs films, qui circulent dans les festivals, sont vus sur petits et grands écrans et qui s’inscrivent naturellement dans des décors où évoluent leurs personnages principaux, souvent vus de manière péjorative par le cinéma dominant.

L’autrice s’appuie sur les propos de ces personnes pour esquisser leur parcours, leur formation et étudier en détails les thèmes de leur film, les manières de les réaliser pour aboutir au constat que cette double vague au cinéma s’inscrit dans l’histoire de France contemporaine, faite de diversité.

Parmi les personnes citées, Maïmouna Doucouré réalisatrice de Maman (s) passée par le dispositif La Ruche portée par Gindou Cinéma, Houda Benyamina dont le long métrage Divines a mis encore plus en lumière cette nouvelle génération de professionnel.le.s dont les parents sont originaires d’autres pays que la France, Alice Diop (La Permanence, Vers la tendresse), Djinn Carrenard (Donoma), Rachid Djaïdani (Rengaine), Nadja Harek, dont le documentaire Ma famille entre deux terres interroge précisément les apports et les freins de cette double culture, de sa double culture (Algérie / France) dans sa vie, celle de ses frères et sœurs et parents venus en France pour y travailler.

Le livre offre aussi un regard critique sur la vision genrée et hétéronormée du cinéma contemporain en soulignant le bousculement dans les sujets et les approches provoqués par beaucoup de ces cinéastes qui comptent de plus en plus dans le cinéma français.

Claire Diao. Double vague. Le nouveau souffle du cinéma français. Au Diable Vauvert. Avril 2017. 340 pages.
Commander le livre

 

RETOUR AUX RESSOURCES RETOUR AU SOMMAIRE

Photo : Au Diable Vauvert